Tribune dans La Vie: Le peuple a deux sortes d’opiums : la pornographie et l’antidépresseur.

Des centaines de milliers de lecteurs s’apprêtent à lire des scènes explicites de zoophilie et de « gang bang », entre autres, dans l’indifférence générale et sans une quelconque interdiction pour les mineurs, dont on sait qu’ils sont habitués à bien pis, avec l’image en plus. C’est du Houellebecq, dira-t-on. Et Houellebecq, c’est la culture française. Et la culture française, c’est pornographique. Voilà tout. L’écriture que nous inflige Michel Houellebecq, il est vrai, n’a plus rien de subversif. Absolument rien. 

Lire l’article.

Vous devriez aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *